Mes opinions magnétiques

Publié le par Antoine B.

Antoine Béchara

Atelier : 4, rue Jules Ferry  93120 La Courneuve, France 

Tel: +33 6 03 48 47 72 

Email : antoinebechara@hotmail.fr 

Web: http://antoinebechara.free.fr

 

 

Je suis artiste plasticien et inventeur. Je réalise des assemblages photographiques de mes visions qui portent sur le vivant : corps, feuilles d’arbre, insectes…. Graduellement l’idée m’est venue de les MAGNETISER.

Le magnétisme des feuilles d’arbre exprime la sensation d’être happé dans l’hyper espace. L’idée que tout être et toute chose tends vers, est attiré par le champs magnétique du cosmos. Le fragment photographique contrecollé sur un caoutchouc magnétique est destiné au mouvement. L’œuvre d’art qui en résulte est ainsi éphémère et permanente. Elle symbolise les extrêmes en leur point d’équilibre : polarité (pôle sud pôle nord), attraction répulsion (+ -).  

 Le champs magnétique symbolise cette mystérieuse force qui s’exerce et dont les bras moteurs demeurent invisibles. Quand je crée une toile magnétique j’utilise : 

 

-la mobilité : je déplace les objets, je les fait glisser

-le jeu : j’empile, j’écarte, je pose et dépose, j’accomode. C’est une sensation ludique. Les objets sont comme des cartes. Ils sont faits pour être touchés, manipulés, jetés, lancés, s’envoler comme un tapis volant…

-la créativité : le puzzle n’est pas prédéterminé. Il n’y a pas qu’une seule manière de le disposer mais plusieurs.je peux procéder par inclinaison, superposition, rotation, tête en bas, etc…

-la multiplicité des fonds : tôle d’acier, radiateur, garde-corps de balcon, voiture, ou installation spécifique. Si j’utilise la peinture dite « magnétique » le fond n’a plus de limites. Les objets peuvent apparaître à n’importe quel moment et n’importe quel lieu…

 

                                                      

 

L’execution des premières œuvres magnétiques m’a amené à m’interroger sur l’endroit de l’œuvre ; à quel moment il y a œuvre d’art. Où se trouve l’œuvre. Je n’ai pas encore trouvé la réponse. J’ai songé à ce jour où les élèves de l’école maternelle de St Ouen sont venus regarder mes découpages magnétiques. Je leur ai donné la permission de les manipuler et de les poser eux-même sur le support métallique. Ils tenaient chacun un objet de dimensions aussi grandes que leur propre taille. A les regarder j’ai compris que l’œuvre d’art pouvait être volatile. Ici et là simultanément : dans le geste de poser ou de lancer la plate-forme magnétique, (l’hyper espace) et dans l’état de contact permanent. On ne visualise, on n’imagine jamais assez les forces en jeu lorsqu’un objet magnétique adhère à un autre ou à un support conducteur. Ces forces sont tendues à tout instant, elles sont agissantes de la même manière que le pôle d’attraction terrestre qui modifie le sens des aiguilles d’une boussole. La magie de l’attraction permanente, on la perçoit jusque dans la contemplation de l’œuvre figée au mur, comme une promesse, celle de son évolution prochaine, sa mutation en plus exact, différent, plus beau.

  

Les potentialités innombrables même si elles ne sont pas traduites immédiatement en action sont révélatrices de la sensation induite, de la texture de l’œuvre d’art magnétique : de par l’idée qu’on en a, la faculté à glisser sur le support, à être « épluchée », à être happée, à tenir seule comme par magie, l’œuvre flotte devant notre regard interrogatif. Que va-t-il se passer ? Inquiet- jusqu’à quand cela durera-t-il ? Et surtout demain, si j’en ai envie, je change tel motif et je déplace tel autre. L’œuvre vit à tous les instants comme un kaléidoscope constitué des mêmes pièces mais dont la disposition à un moment donné en donne une vision absolument unique.

 

 

Un mot sur la technique : Les photographies sont d’abord assemblées et découpées. Les contours sont constitués. Ensuite j’effectue leur collage sur caoutchouc magnétique. Ce caoutchouc est ensuite découpé pour épouser exactement le contour de l’assemblage photographique. Il en résulte un objet manipulable, souple, doté d’une certaine épaisseur (environ 1,5 mm) et que l’on peut poser par attraction magnétique sur un support ferreux : tôle d’acier, garde-corps, mur peint avec une peinture dite « magnétique » etc…

  

Sa constitution magnétique confère à l'objet une épaisseur, un poids, une plasticité toute nouvelle. Cela en change la texture. La photo destinée à ployer, se tordre, s’arrondir, ne possède pas la même texture, le même velouté que la photo encadrée traditionnelle. Sous l’épiderme photographique transparaissent les doigts de l’artiste qui ont exercé une pression, marouflé, imprimé et incrusté dans la colle du caoutchouc magnétique. La photo devient cet épiderme veiné. Des imperfections y apparaissent aussi. Le film épidermique commence à vivre.

   

 

 

C’est comme si l’imagination cérébrale, mentale, se doublait d’une imagination sensitive, tactile, l’imagination du « non voyant ». C’est une des raisons pour lesquelles je qualifie ces œuvres de sculptures photographiques.

 

*****************************************************************************************************************************************

 

 

16 Août 2012

La sensation du temps qui passe. Celle que la vie consiste à thésauriser et cumuler, actions, objets, convictions, compétences et modes de vivre. Un style, une forme forgée. Une autre vision existe et m'appelle. Celle d'une vie recommencée à chaque jour qui se lève. Celà vaut bien la peine de repartir à zéro. Tous les jours, tous les mois, tous les ans, ou toutes les heures. Oui, repartir à zéro celà vaut tout autant la peine. Certes ma Polonaise de Chopin requiert le travail d'une vie. Mais commencer le déchiffrage de ses cinq premières mesures procure une satsifaction incommensurable. 

Publié dans art-magnetique

Commenter cet article

joanie dallaire 05/03/2010 00:01


Bonjour !

vous allez me sauver la vie si vous repondez a ceci! :D lol

Jessaie a tout prix de trouver des feuille de caoutchouc magnetique!
ou les achetez vous?
car les seuls site que je trouve sont soit en chine ou en france!
pas besoin de vous parler du prix de livraison!

SVP
si vous pouvez me renseigner!


Hénique 13/12/2006 09:13

Monsieur Béchara ,
Je viens de me promener avec garnd plaisir sur votre site .
J'ai découvert des oeuvres originales ,de grande qualité esthétique temoins de votre grande sensibilité.
J'ai regretté de n'avoir pu répondre à votre invitation le samedi 2 décembre,  la visite de votre site n'a fait qu'accentuer ces regrets.
Félicitations.
Amicalement
G.Hénique
 

Samsoum 01/07/2006 13:48

Decidement Maitre de l'equilibre (a quelques exceptions pres)... On retrouve immediatement la "griffe" artistique inevitable du jeu de "barres" c'est a dire des lignes qui suggerent un equilibre imaginaire. Le visuel est troublé par des images decoupee et flottant dans un fond representant un deuxieme espace (proche du 3D) mais immediatement l'oeil est rejette aux "barres" et lignes donnant l'impression de stabiliser ce trouble visuel qui ne dure que quelques nanosecondes. (ce sont mes impressions, je n'impose rien du tout). L'oeil se promene rapidement sur ces lignes qui ramenent constemment au centre de l'image ou aux sujets disposés en grouppe. C'est un va et viens qui rassemble l'image en groupe concentre car le regard ne peut indefiniment se promener sur ces lignes directrices... il finira par fixer la representation de l'etre humain (les vraies photos). Des points d'appui suggeres (ex. de la photo au "parapluie icognito") font des images que l'ont voit un art subliminal.
Quant au scarabé sur la porte de la maison, je n'ai pas trouvé grand chose a dire. Peut-etre suis-je insensible pour l'instant a l'art. Je  dois revoir ce blog plus tard :-))
Thank you for this art.
Thank this Art for EXISTING.

Antoine 21/06/2006 23:04

Une des choses étranges de l'existence est l'imprévisibilité des rencontres. Hier j'étais à mille lieues de penser que mes deux grands amis Fred et So(la brune) se rencontreraient sur mon Blog !!!! So, Fred habite le Canada, Ottawa !!!! décidément .... Merci tous deux de m'avoir ainsi révélé vos sensations et impressions.L'impression de Fred me semble indiquer l'image que j'ai appelée "la femme en jaune", oui on a l'impression qu'elle va se retourner, bien vu, Fred. Je ferais incessamment figurer un texte qui explique la démarche de la série "Gens de Pékin" et le principe d'évider le contexte et décor ambiant.Quant à So, j'envisage en effet une feuille d'arbre géante sur une façade, le Scarabée, je n'y ai pas encore songé, celà pourrait effrayer les habitants dudit immeuble...

So 21/06/2006 10:46

C'est excellent ! bravo Antoine ... On a l'impression que les personnes vont bouger, que la coccinelle va monter le long de la porte... Cela mérite d'être vu en vrai et en immense sur une façade.
So ( la brune)